Avant-propos

Accueil

Présentation du portail
Remerciements
Contactez-moi

Qui suis-je?

Michel LAMOTTE CRÉPET
Ma formation
Mes passions

Mes cités lumières

Mes ami(e)s

« Maldec & Patou »

Elle et moi, nous deux...

Notre album photos

Moments de détente

Mes lieux de prédilection
Mes ballades
Mes voyages

Mes films préférés

Mes lectures
Caractère religieux

Mes visions et projets

Bénévolat

Domaine associatif
Militantisme
Contributions

Communiquer

Contactez-moi
Mes autres sites Web

Qui suis-je?

Lyon

Tassin la Demi-Lune

Ajaccio

 

MES CITÉS LUMIÈRES


AIACCIU: CITÀ IMPERIALE, CAPITALE DI TUTTA UNA REGHJONE

1492. La Corse n'est pas encore française mais sous tutelle de la République de Gênes. La cité romaine d'Adjacium sera déplacée à Capo di Bolo, pour pouvoir mieux résister aux invasions barbares; ici même sera posée la première pierre du futur château fort ce 21 Avril: la ville génoise d'Ajaccio est fondée. Autour se développe la nouvelle ville avec des maisons génoises colorées de terre ou couvertes de chaux. De même qu'au XVII° siècle, d'innombrables édifices chrétiens sont bâtis dont la magnifique Cathédrale.


« La Parata », une tour génoise

Les Calanches de Piana

Le Golfe d'Ajaccio

En 1553, les Français prennent la Ville et y construisent la citadelle mais six ans plus tard Henri II, Roy de France, en application du Traité de Cateau-Cambrésis, rend la Corse à Gênes.

Dès la fin XVII° siècle, un vent d'indépendance vis-à-vis de Gênes commence à souffler sur la Ville. En 1575, la République de Gênes concède des armoiries (d'azur à une colonne d'argent sommée de la couronne écu de la République de Gênes avec un chien d'argent de chaque côté avec inscrit en latin « tels sont les habitants d'Ajaccio envers la République de Gênes »; les chiens ont été remplacés par deux lions). Peu de temps après, les armes génoises commencent à disparaître du blason d'Ajaccio en signe de rébellion.

La Cathédrale vue de l'extérieur et de l'intérieur

Toujours au XVII° et ce jusqu'au XIX°, la Ville devient marchande avec le développement de ses faubourgs tel U Borgu. Les pêcheurs et corailleurs s'y installent et font commerce de leurs pêches. C'est dans ce même quartier que le Palais Fesch et la Chapelle impériale sont construits.

Les institutions démocratiques de la Corse sont écrites par Pascal PAOLI. Il appellera d'ailleurs l'Île le « Royaume de Corse ». La Ville d'Ajaccio a failli par deux fois être libérée: Lucas d'ORNANO en 1739 puis Pascal PAOLI en 1763. Finalement, ce sont les Français qui s'emparent en 1768 de l'île toute entière; ainsi, la Couronne de France et l'Île de la Corse ne font plus qu'un pays. Ironie des temps, ce n'est qu'un an plus tard que Napoléon BONAPARTE naît à Ajaccio. Il deviendra Premier Consul puis Empereur des Français...


L'Hôtel de Ville

Place Maréchal Foch

La statue de Napoléon Ier

C'est le Plan Napoléon pour l'extension et l'embellissement de la Ville qui mènera Ajaccio à son rôle de ville impériale. D'ailleurs, dans les années 1820 sont érigés l'Hôtel de Ville, la Préfecture et la Poste actuelle (ancien Théâtre Saint-Gabriel). Par la suite, deux nouveaux quartiers sortent de terre: Roi-Jérôme et Étrangers, assez luxueux. Enfin sont construits le quartier de la Gare et les abords du Palais de Justice.

 

Le Blason d'Ajaccio

Le Blason de la Ville d'Ajaccio (description plus haut) serait issu des armes de la famille COLONNA. Les deux chiens d'argent ont été remplacés par deux lions d'or mais la colonne supportant la couronne génoise est toujours présente. Pour l'histoire, pendant que la Corse était occupée par les Anglais à la chute de Napoléon Ier en 1814, la Cour de Justice d'Ajaccio a refusé, après un réquisitoire connu du Procureur Ignace-Alexandre COLONNA d'ISTRIA, de rendre Justice au nom de la Couronne d'Angleterre et de son Roy George III...

 

 

Reproduction interdite. Il est formellement interdit d'user des photos et images sans accord écrit conclu devant une Autorité judiciaire (lois sur la vie privée, loi Informatique et Libertés).
© Michel LAMOTTE CRÉPET (sur maldec.com et tous sites d'hébergement), tous droits réservés.

Crédits photo: ©maldec.com.
© maldec.com 2003. Dernière mise à jour de la page: 10 Oct 2002.

 

©Michel LAMOTTE CRÉPET sur son portail Web maldec.com 1998/2001 - 2003/2004, tous droits réservés.
Ce site est propriété exclusive de Michel « Maldec » LAMOTTE CRÉPET.  Site optimisé en 1024*768 sous Firefox ou I.E 6.0.